lundi 24 février 2014

Le Carnaval et la Cuisine de Nice, par Charlie Jasmin, la box culinaire destinée aux enfants !

"Les Merveilles de la Cuisine Niçoise"
Maquette de Gustav-Adolf Mossa, "Ymagier du Roy" Carnaval 1961


Pour parler du Carnaval et de la Cuisine Niçoise,
découvrons ensemble une boîte culinaire tout
particulièrement destinée aux enfants !






Petit apparté, si vous n'avez pas encore entendu parler des boîtes ...

L'histoire des boîtes par abonnement a débuté aux Etats-Unis en 2010 avec la première "Beauty Box" : il s’agit de coffrets "surprise" mensuels contenant de 5 à 10 produits ou accessoires commandés soit par abonnement soit ponctuellement, et reçus à domicile sous la forme d'un joli colis.
Le principe de ce concept est de ne pas connaître le contenu de la boîte à l'avance. L'intérêt qu'on peut y trouver, outre l'effet de surprise et la découverte de nouveautés, est que la valeur des produits est souvent supérieure au prix de vente de la boîte elle-même.
Arrivé en France en 2011, ce phénomène a connu un engouement tel qu'il s'est développé dans de nombreux secteurs : de la beauté on est passé à la mode, aux animaux, à la création artisanale, à la gastronomie ... et les boîtes culinaires sont donc apparues !
A l'instar d'une "Beauty Box, une "food box" propose de découvrir chaque mois de façon originale une gamme de 5 à 10 produits et de se laisser surprendre par des produits que l'on n'avait jamais goûtés auparavant (des denrées alimentaires, des épices, des condiments), mais également des accessoires de cuisine, des recettes, des échantillons ...


Et voici donc aujourd'hui . . . 
une boîte culinaire tout spécialement conçue pour les enfants ! 







Charlie Jasmin  propose aux cuisiniers en herbe de 7 à 12 ans un coffret surprise permettant de préparer un menu complet sur un nouveau thème chaque mois !
Celui de Carnaval s'est invité dans la "Boîte aux Trésors" du mois de février





C'est une très bonne idée, parce qu'en ce moment à Nice, le Carnaval bat son plein et le thème de cette année, c'est la Gastronomie !



Avec sa boîte aux trésors "Carnaval en Folie" de Charlie Jasmin, le roi Gourmandise invite donc les enfants à sa table niçoise, pour cuisiner un menu de carnaval fou et coloré !


Evidemment, vous allez demander :
"Mais que contient cette boîte surprise ?"

Alors, ouvrons-là ensemble  !




Dans cette boîte aux trésors,  il y a 8 produits, 2 surprises et un magazine qui ne manqueront pas de faire pétiller les yeux des enfants.

Des confettis en sucre de chez Charlie Jasmin
Du sucre scintillant cuivré de chez Charlie Jasmin
2 sucettes de carnaval de chez Charlie Jasmin
Un gabarit « Mes masques de carnaval » comestible, réalisation inédite pour Charlie Jasmin
Un gabarit « Fleurs », comestible, réalisation inédite pour Charlie Jasmin
Un magazine de 36 pages contenant des informations, des jeux et des astuces et 6 recettes typiques pour réaliser un menu complet sur le thème du Carnaval et la cuisine Niçoise !






Le magazine qui accompagne la boîte surprise "Carnaval en Folie" propose la réalisation d'un menu "Corso Carnavalesque" !
Il comprend les recettes de la socca nissarda ou des ganses de Carnaval, ainsi que celles de fleurs sablées salées, de frites de polenta, de jolis masques en biscuits sucrés ou de citrons givrés.
Des articles intéressants agrémentent ce magazine !  
On y découvre l'origine du Carnaval,  on part pour le Carnaval de Nice de Venise ou d'ailleurs, ou pour la Fête du Citron à Menton  ...

Mais les parents ne sont cependant pas oubliés : une fiche d'information sur le thème et les produits de la boîte leur est destinée !

En voici un petit aperçu . . . 





En toute honnêteté, j'ai été séduite par cette formule "magique" qui me fait penser aux "cornets surprise" de mon enfance en version améliorée !

Les produits de cette boîte sont bio (hormis les décors en sucre) et de qualité.

Ce concept permet aux enfants (réceptifs et curieux) de s'ouvrir à l'éducation du goût, d'amorcer la construction de leur culture culinaire, de découvrir le plaisir de cuisiner, de commencer à prendre de bonnes habitudes alimentaires, de découvrir de nouvelles saveurs, de s'intéresser à la provenance des produits qu'ils consomment et de les apprécier, et de commencer à devenir des consommateurs critiques et éclairés. 

Pour toutes ces raisons, je trouve cette initiative intéressante.


Avec quelques produits de cette boîte, 
j'ai réalisé tout spécialement 2 nouvelles recettes !

 Petits moelleux de Carnaval 
 aux farines de pois chiche et maïs (sans gluten)







Je n'en doute pas, les petits chefs particulièrement inventifs trouveront également l'occasion de créer leurs recettes inédites avec les produits de leur Boîte aux trésors !

Ils pourront alors envoyer leurs photos à Charlie Jasmin.
Les gagnants verront leur recette publiée fièrement sur le site et sur la page Facebook Charlie Jasmin !


Vous voulez un scoop ? 
La boîte du mois de mars aura pour thème les Super Héros et Héroïnes !
Pour commander cette boîte surprise c'est par ici !






Carnaval étant une fête emblématique du patrimoine Niçois, voici l'occasion de le connaître un peu mieux.

Cette fête traditionnelle Niçoise remonte à l'Antiquité. Déjà les Grecs, fondateurs de Nikaïa , puis ensuite les Romains (présents sur le site de Céménélum), avaient coutume de célébrer la fin de l’hiver et l’arrivée du printemps par des fêtes en l'honneur de Dyonisos ou Bacchus, Dieux de la Fertilité.
Des chars entourés de danseurs déguisés et masqués chantant des chants satyriques défilaient déjà pour exhorter la Nature à renaître à nouveau.

La tradition de ces fêtes a perduré jusqu'au Moyen-Age, "intégrée" dans la religion Catholique.
L’étymologie du mot « carnaval » la plus communément retenue est "carne levare", qui signifie "enlever la chair". 
"Mardi gras " correspondrait en effet au jour où l'on mangeait le dernier morceau de viande (ou que l'on "mangeait gras") avant d’entrer dans la période de jeune de 40 jours du Carême pendant laquelle il convenait de "manger maigre".
Avant d'entamer le Carême, on savourait alors une cuisine riche et copieuse. 
Cette période de fêtes était agrémentée de défilés, de bals, de mascarades, de danses et autres farandoles,  organisés dans les rues du Vieux-Nice.
Jusqu’au Mardi-Gras, c'était alors l'occasion d'inverser les rôles, de régler des conflits sociaux ou politiques, de se moquer de tout et de tous aux dépens de chacun, caché derrière des masques et des déguisements.
La première trace écrite de ces réjouissances remonte à 1294, lorsque Charles d’Anjou, Comte de Provence, signale avoir passé à Nice "les jours joyeux de Carnaval". 

C'est en 1830, à l'occasion d'un séjour hivernal de Charles-Félix, souverain du Royaume de Piémont Sardaigne, que le carnaval change d'organisation. 
Il se déroule alors sur le cours Saleya, et la noblesse niçoise conçoit le premier corso de gala à bord d'une trentaine d'équipages, en l'honneur du roi et de la reine.
Jusqu'à la fin du XIX ème siècle, on s'affronte avec des des projectiles tels que des oeufs, des pois chiches, des haricots, de la farine ou de la suie, puis avec des projectiles de plâtre, remplacés plus tard par des confettis.

En 1873, le Niçois Andriot Saëtone prend l’initiative de fonder le "Comité des Fêtes", chargé d’organiser et donner de l’ampleur aux festivités.
On voit alors apparaître des chars défilant en cortège dans une mise en scène structurée et l'organisation de tribunes payantes. Cette tradition va perdurer jusqu’à nos jours.
Ainsi, lorsque le 23 février 1873, Carnaval 1er entre dans la ville, le Carnaval moderne est né. Les cortèges se déroulent au coeur de la ville selon différents parcours, puis la fête se prolonge ensuite dans les quartiers. 
Alexis Mossa et son fils Gustav Adolf lui apportent, jusqu’en 1971, un étonnant particularisme, actualité, grotesque et fabuleux, réalisant les maquettes des chars les plus spectaculaires.

À la fin du XIX ème siècle, le Carnaval de Nice devient le Carnaval le plus important d'Europe, mêlant les célébrités venant séjourner à Nice à la population locale.
Carnaval correspond à l'essence de l'identité culturelle niçoise, donnant aux niçois l'occasion de faire revivre pendant cette période de fêtes, l'histoire des peuples qui ont bâti ces traditions.







 Et à présent, direction Nice, pour quelques images canavalesques d'aujourd'hui !


Carnaval 2014, Roi de la Gastronomie 


La Reine Charlotte et la table du Roi 


Carnaval de Nice 2014     Crédit Photo Monique Bartoli

La Cantine du Cours 



Bon Carnaval !


Sources :
http://www.nicecarnaval.com/carnaval/historique/origine.php
http://racinesdupaysnicois.eu/?p=1853
http://leblogduvieuxnice.nicematin.com/2014/02/carnaval-est-n%C3%A9-dans-le-vieux-nice.html

1 commentaire:

Quelques mots pour donner votre avis m'aideront à progresser et persévérer !

Vos variations préférées cette semaine