lundi 15 avril 2013

Oeufs brouillés aux asperges sauvages



"Les petits, vous venez avec moi chercher des asperges sauvages dans la pinède ?"
Tant d'années après, les paroles de ma grand-mère résonnent encore aujourd'hui au plus profond de moi ...

Elle aimait beaucoup se promener dans la campagne, elle escaladait même volontiers des talus escarpés. Ainsi, elle trouvait souvent l'occasion d'aller dénicher toutes sortes d'herbes ou de végétaux offerts par la nature, comme savaient si bien le faire nos ancêtres, pleins de sagesse. 




Dans mon enfance, on habitait une maison sur les collines de Nice, entourée de cultures de salades, d’œillets ou de tomates, et surtout de planches de terrains encore sauvages ...

Mon frère et moi, on adorait accompagner notre mamie Julienne pour cueillir du thym, de la marjolaine, des pousses de pissenlits, de l'ail, des carottes, des asperges, des fleurs ou des fruits sauvages ... pour chercher des escargots ou encore bien d'autres choses. 
Elle chaussait des espadrilles et on la suivait, ravis.




Les asperges, elle les réunissait en un petit bouquet lié d'une ficelle, puis elle les faisait simplement cuire dans de l'eau bouillante salée. 
On se régalait ensuite de ce trésor, accompagné d'une vinaigrette à l'huile d'olive.
Si on en trouvait en abondance, elle agrémentait le potage du soir de leurs pousses. 




A présent, des années plus tard, cueillir des asperges sauvages, c'est simplement du bonheur  . . .  parce que . . .
on assiste, témoins privilégiés, au spectacle de la nature qui renaît doucement,
on profite avec plaisir des rayons bienveillants d'un soleil devenu radieux, 
on se prend au jeu à chercher les cachettes inattendues de ces asperges malicieusement camouflées,
on partage un moment de complicité avec quelqu'un qu'on aime, 
c'est aussi retrouver un peu de son enfance, 
c'est forcément faire perdurer les traditions de notre région, 
et c'est surtout faire vivre le souvenir d'une grand-mère bienveillante, toute entière dévouée à ses petits enfants ... et qu'on aimait plus que tout.




Quand on a l'occasion de pouvoir vivre ces petits instants de bonheur, il ne faut pas les laisser s'échapper.

Les collines environnantes sont ici encore assez sauvages et préservées, on aurait tort d'ignorer leurs généreux présents.

Il y a quelques jours, nous avons ainsi eu la joie de revenir de notre promenade avec un joli bouquet d'asperges sauvages.
Je les ai accommodées avec une brouillade légère, que je vous propose de découvrir : une recette printanière, simple et délicate qui permet d'apprécier la saveur caractéristique de l'asperge sauvage, légèrement corsée.

Elle pourra bien évidemment être réalisée avec de petites asperges vertes de culture si vous n'avez pas la possibilité d'aller cueillir des asperges sauvages, il faudra simplement les laisser cuire un peu plus longtemps.











Ingrédients
(pour 3 personnes)

un bouquet d'asperges sauvages (120 g  nets environ)
6 oeufs
huile d'olive
2 petites échalotes
une cuill. à soupe de ciboulette ciselée
2 cuill. à soupe de lait ribot (fermenté)
une cuill. à soupe de crème fraîche
sel
poivre cinq baies
une pincée de muscade



Réalisation
  • Parer les asperges à 15 cm des têtes (longueur à faire varier selon la tendreté des tiges).
  • Laver les asperges dans de l'eau froide vinaigrée, puis rincer.
  • Réunir les asperges en bottes et les couper en tronçons de 3 cm de longueur à l'aide d'un éminceur.
  • Porter à ébullition une grande casserole d'eau légèrement salée.
  • Blanchir les asperges dans l'eau bouillante pendant 3 à 4 minutes.
  • Égoutter les asperges et les refroidir dans de l'eau froide.
  • Émincer finement les échalotes, les faire suer doucement dans un peu d'huile d'olive.
  • Ajouter aux échalotes les asperges et la ciboulette ciselée. 
  • Laisser revenir quelques minutes à feu doux, parsemer d'une pincée de fleur de sel,  puis réserver au chaud.
  • Dans une casserole à fond anti-adhésif, faire chauffer un peu d'huile d'olive et une noisette de beurre.
  • Casser un premier œuf, le laisser très légèrement coaguler (quelques secondes) puis le "brouiller" à l'aide d'une cuillère en bois.
  • Ajouter les deux cuillères à soupe de lait ribot, mélanger.
  • Ajouter les oeufs un à un, bien remuer après chaque œuf.
  • Laisser cuire à feu doux, en remuant constamment. Écarter momentanément la casserole du feu si les oeufs coagulent trop vite.
  • Le mélange épaissit doucement et on doit obtenir une brouillade à la consistance crémeuse.
  • Saler et poivrer. Ajouter une pincée de noix muscade.
  • Ajouter enfin une cuillère de crème fraîche. 
  • Cuire encore une minute sans cesser de mélanger pour bien incorporer la crème aux oeufs.
  • Répartir la brouillade d'oeufs dans des bols ou des assiettes creuses et disposer par-dessus les asperges des bois. 
  • Décorer avec une fleur comestible (ici, une fleur de souci).
  • Servir et déguster avec une tranche de bon pain croustillant.



Vous êtes prêts ?







3 commentaires:

  1. Une belle recette qui illustre bien cette merveilleuse cueillette de l'asperge sauvage qui pour moi aussi est lieé à de magnifiques souvenirs d'enfance (plutôt avec mon Papi). J'ai l'immense chance de pouvoir en trouver tout autour de chez moi...et crois bien que je ne me lasserai jamais de l'odeur si particulière qui colle aux doigts lorsque j'en reviens les mains pleines ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas la chance de pouvoir allerceuillir moi même des asperges sauvages, mais grâce ates photos, j'émets suis évadée quelques instants.... Rien de mieux que ces recettes simples chargées d'histoire pour se réconforter.

    RépondreSupprimer

Quelques mots pour donner votre avis m'aideront à progresser et persévérer !

Vos variations préférées cette semaine